Equipements

Les précautions à prendre pour protéger la ruche en hiver

L’hiver n’est clairement pas la saison préférée des abeilles. Elle l’est d’autant moins si l’apiculteur n’a pas au préalable pris soin de protéger la ruche en vue du froid. Tout éleveur d’abeilles se doit donc de suivre plusieurs précautions pour un hivernage réussi. Pour que les colonies parviennent à se développer correctement et à produire un maximum de miel au printemps et en été, il est essentiel de réaliser une préparation hivernale correcte et un hivernage approprié.

Transfert des ruches

Durant la période hivernale, prenez soin de déplacer vos ruches vers une zone ensoleillée, avec un bon drainage, et à l’abri des vents forts. Toutefois, il est conseillé de ne pas transférer les ruches à un endroit situé à plus de 4,8 km de la zone initiale, car les abeilles risqueraient de se perdre, et pourraient chercher un moyen de revenir à l’endroit initial (au péril de leur vie).

Vérification des mites 

Pour mieux préparer l’hiver, mieux vaut s’y prendre tôt. Dès l’automne (vers le mois de septembre et octobre), pensez déjà à vérifier la présence de mites. Si ces dernières sont trop nombreuses, alors agissez en conséquence pour réduire leur nombre. Cette opération est importante, car durant l’hiver, la population d’abeilles dans la colonie se réduit de façon naturelle afin de réduire les besoins énergétiques, et offrir à la colonie entière une plus grande chance de survie. L’objectif sera alors de veiller à ce que le ratio « mites pour abeilles » demeure équilibré. 

Inspection de la ruche

La réalisation d’une inspection standard de votre ruche, ainsi que la recherche de la présence d’une nouvelle reine productive est essentielle pour assurer la survie de votre colonie durant l’hiver. En effet, le fait qu’une jeune reine soit présente permet une meilleure croissance de la colonie durant l’automne (grâce à la ponte d’œufs afin d’obtenir de nombreuses ouvrières), et leur assure une plus grande chance de survie pendant l’hiver (ces ouvrières auront alors pour rôle de chauffer la ruche et la reine). 

Réduction de l’espace de vie

Cette opération est très importante si vous vivez dans une région avec un hiver long et rude. En réduisant la place dans la ruche, vos abeilles dépenseront nettement moins d’énergie pour chauffer leur nid. Cette réduction aura également pour effet de décourager les intrusifs à entrer dans la ruche. De nombreux apiculteurs ôtent les hausses vides quand vient la fin de l’automne.

Isolation pour protéger la ruche du froid

Les apiculteurs sont nombreux à opter pour l’isolation pour protéger la ruche des températures basses de l’hiver. Pour ce faire, ils enveloppent leurs ruches avec du papier ou une toile spéciale en prenant soin de laisser une entrée afin de conserver une bonne ventilation. Cependant, il est préférable de demander conseil à d’autres apiculteurs locaux afin de réaliser cette opération, car il arrive que cette méthode entraîne une rapide hausse de la moisissure à l’intérieur de la ruche, selon certains climats. De manière générale, quand l’hiver arrive, les insectes vont chercher à se réfugier, notamment dans des hôtels à insectes, pour passer la saison.

Conservation de la chaleur dans la ruche

Durant l’hiver, vous pourriez être tenté de jeter un œil dans votre ruche pour voir si vos abeilles sont en bonne santé. Ce réflexe est pourtant à éviter, même s’il est très tentant. En effet, la chaleur peut s’échapper très rapidement si vous ouvrez votre ruche durant les journées froides d’hiver, et vos abeilles devront alors redoubler d’effort et dépenser encore plus d’énergie pour rétablir la chaleur dans leur nid. En cas de nécessité, n’ouvrez la ruche que pendant un court laps de temps (pas plus d’une minute), et à une heure de la journée où la température n’est pas trop basse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *